2016 – école en guillermaux, payerne (vd)

maître de l'ouvrage : fondation de verdeil, lausanne

procédure : concours sur présélection

 

collaborateurs : alex collet, lorenzo marzano, adèle moret, florence thonney, patrick wenger

architectes paysagistes : interval paysages sàrl, chavannes-près-renens

ingénieurs civils : ingeni sa, lausanne

 

 

un parc urbain / une école dans un parc

la nouvelle école forme une entité avec le parc à qui elle donne le 1er rôle : c’est lui qui va à la rencontre des habitants et de la ville et répond au front urbain. le parcours est redéfini : depuis la cour d’entrée, le visiteur longe un jardin communautaire aboutissant au préau de l’école. le promeneur peut ensuite rejoindre la rue des berges et continuer sa balade le long de la broye.

 

un parc séquentiel

- le parc de la fondation s’inscrit dans le tissu urbain grâce à une organisation en bandes programmatiques qui guide l’écolier, le visiteur, l’habitant depuis la route d’yverdon jusqu’au bâtiment placé au cœur du parc dont sa structure patrimoniale est préservée et valorisée. ces bandes programmatiques se dessinent grâce à des alignements d’arbres hautes tiges dont leurs organisations et leurs natures s’inspirent de celles du ruisseau de la coula qui passe au sud du site. la typologie en haute tige permet de préserver une ouverture sur l’école.

- les différentes entités spatiales répondent aux besoins selon le programme (cour d’accueil pour la dépose des écoliers, aire de stationnements, aires sportives, lieu de jeux et de manifestation) assurant le bon fonctionnement de l’école mais aussi de répondre aux besoins du quartier.

- une cour minérale est aménagée à l’entrée du site pour l’accueil et l’attente des différents usagers du bâtiment. les besoins en stationnements sont regroupés dans un second plan.

 

le jardin potager

- un grand jardin linéaire accompagne l’allée d’accès principale à l’école. il s’appuie contre le mur d’enceinte du parc qui jouit d’une très belle exposition. il anime la promenade d’entrée grâce à l’évolution des plantations et des cultures au fil des saisons. il devient un lieu d’expérimentation pour les élèves. des petits édicules prennent place dans ce jardin servant de rangement en relation avec les diverses activités extérieure et nécessaire pour le bon fonctionnement de l’école (matériel de jardins, de sports, local vélos, local poubelle…)

 

la frange arborée

- une frange arborée généreuse entoure le parc et offre à l’école un magnifique écrin de verdure. elle s’appuie sur la végétation existante composée essentiellement de conifères témoin de l’ancien domaine qui est préservée, valorisée et animée localement par une végétation intermédiaire colorée dont les floraisons et les feuillages évoluent au fil des saisons. ce spectacle saisonnier est visible depuis les salles de classes renforçant la volonté d’établir une relation forte entre l’intérieur et l’extérieur. un parcours périphérique longe, traverse cette frange plantée qui s’accroche aux deux nouvelles entrées secondaires du parc : chemin de la coulaz et la rue des berges. cette ceinture végétale définit un espace ouvert autour du bâtiment qui assure les fonctions d’accueil, d’accès, de jeux, de délassement.

 

la maison

la nouvelle école en guillermaux s’organise en une seule grande maison et répond à son environnement proche et plus lointain. par le plissage de la toiture et l’ondulation en plan, la volumétrie du bâtiment propose plusieurs lectures :

elle réagit à la proximité du ruisseau de la coula et de la broye

elle dialogue avec les villas avoisinantes en suggérant une série de maisonnées accolées.

elle s’affirme comme école faisant face au parc et accueille les usagers, tout en se faufilant entre les vieux arbres conservés

le grand couvert d’entrée répond au parc urbain et donne accès à l’école, au réfectoire et à la bibliothèque publique. les salles de classes à l’ouest se situent dans la partie la plus calme du parc.

 

la rue intérieure

le volume est creusé par une rue intérieure qui relie les différentes entités programmatiques. a l’étage, le parcours est accompagné par les vagues de la toiture.  un jeu d’ouvertures apportant lumière naturelle et vue est proposé par une succession d’ouvertures créant ainsi un dialogue entre la rue et les espaces qu’elle dessert. les classes s’enroulent autour d’un grand espace de vestiaire orienté sud.